Patrick, Carrossier-Constructeur

Patrick, Carrossier, Constructeur

C’est autour de la réalisation d’un plateau en aluminium à monter sur un chassis d’un camion utilitaire Iveco Daily que Patrick s’est livré au petit jeu de l’interview.

30 ans déjà que Patrick travaille ici, à la Carrosserie Industrielle Saintaise. Destiné à être pâtissier, c’est un virage à 360° que Patrick a pris à l’âge de l’apprentissage pour apprendre le métier de Carrossier.
Bricoleur dans l’âme, c’est naturellement qu’il s’est tourné vers un cap en carrosserie-construction à Niort. Diplôme en poche, la CIS sera son premier employeur. À l’époque, 3 personnes constituent l’équipe. Le métier de Charron s’est vu remplacé par celui de carrossier avec l’utilisation montante de l’acier. Patrick va utiliser un poste de soudure semi-automatique très rapidement après son arrivée et va motiver les anciens à moins utiliser la soudure à la baguette au profit d’une technique plus efficace et plus rapide.

Le métier de Carrossier-Constructeur repose sur l’expérience et nécessite d’être transmis par les plus anciens. Il est exigeant et demande de l’imagination pour faire face à la diversité des projets.
C’est un métier "touche à tout". Il faut manipuler tous les matériaux qui se présentent en passant par le bois, les polymères, l’acier, l’inox, l’aluminium et maintenant l’électronique. Cette diversité en fait un métier passionnant sans oublier la vigilance permanente pour se protéger.

L’utilisation de la soudure demande des protections. Les masques de soudeur d’aujourd’hui utilisent l’électronique pour gérer l’opacité progressive en fonction de l’intensité de la lumière. Le temps des masques qu’on tenait à une main pour souder à la baguette est révolu.

Il est indispensable de bien connaître le projet en amont pour prévoir le temps à passer. Patrick aime particulièrement être en contact avec le client pour recueillir ses demandes et envisager les particularités de sa demande. La réussite du projet tient à son étude détaillée en concertation avec celui qui va oeuvrer.

L’aluminium a été choisi pour construire ce plateau destiné à recevoir des fournitures pour alimenter des chantiers parisiens pour les métiers du bâtiment.

 

 

 

 

De concert avec le responsable de la Carrosserie, Patrick a choisi de souder les éléments du plateau à la place du boulonnage. Cette décision va permettre de terminer plus rapidement cette commande dont le délai est très court. La soudure sur l’aluminium nécessite d’être précis et rapide, la température monte très vite et risque de faire fondre littéralement le support.

 

«  Je suis inquiet pour l’avenir de ce métier », révèle Patrick, il est difficile de motiver des jeunes à nous accompagner. L’apprentissage en école doit être le plus réaliste possible et proche du travail en atelier. Le rôle des anciens est important et doit permettre de transmettre les nombreuses astuces qui enrichissent ce métier moderne. Il y aura toujours du travail pour servir les exigences des clients qui ont besoin d’adapter leurs véhicules aux contraintes de leur métier.

 

Le plateau est désormais terminé et repart sur Paris.

Les commentaires sont fermés.